Rencontres Projet Reforme

Lorsque les électeurs se rendront aux urnes en Californie lors des prochaines élections, ils auront de nombreuses occasions de se faire entendre et de faire entendre leur voix lors des réunions du projet de réforme. Le principal promoteur du projet de réforme, l’assemblyman Jared Huffman, D-Stockton, parraine le projet de loi qui donnerait à chaque électeur inscrit le droit de voter en ligne. Les autres noms donnés au projet de loi sont la modernisation du vote et le scrutin instantané. L’objectif de ces projets de loi est de disposer d’un système électronique permettant à chaque électeur inscrit de voter, où qu’il habite, tous les jours de l’année.

Le projet de loi exige que le conseil d’administration qui a mis en place les systèmes de vote développe et teste de nouveaux systèmes de vote électronique. Le projet de loi n’exige aucune étude ni aucun rapport à l’Assemblée législative sur le coût de développement et d’installation des DME. Il ne nécessite pas non plus d’audition publique sur la fiabilité de ces systèmes de vote électronique ou la sécurité de leurs données. Le projet de loi exige seulement que les présidents ou les membres du conseil élaborent des politiques et des procédures pour sécuriser les informations privées qui seront stockées dans la base de données du DME. Personne d’autre n’est tenu de témoigner de la fiabilité ou de l’efficacité de ces DME ou de l’utilisation du cryptage Secure Digital.

La norme de cryptage numérique sécurisé est ce avec quoi tous les DME seront construits, on s’attend donc à ce que les nouveaux systèmes de vote soient tous conformes à cette norme. Mais Huffman et d’autres membres de la législature se rendent compte qu’ils doivent créer une nouvelle norme pour l’administration et la gestion des élections, et ils espèrent y parvenir en exigeant que tous les conseils et agences qui gèrent les droits de vote du public utilisent et maintiennent des bases de données électroniques numériques qui sont sauvegardé et sécurisé par un pare-feu d’entreprise solide. S’il y a un pirate informatique qui réussit dans l’une de ces bases de données, il ne leur faut pas longtemps pour s’introduire et voler certains de ces documents hautement classifiés. La loi sur la cryptographie numérique sécurisée pourrait également interdire à quiconque d’intercepter le courrier électronique lorsqu’une personne s’inscrit pour voter à une primaire, une élection générale, un second tour, une primaire présidentielle, une primaire nationale ou toute autre élection. La question de savoir si les systèmes de vote peuvent être vraiment qualifiés de «sécurisés» est en réalité une question à laquelle seuls les avocats votants et les responsables de l’administration électorale pourront répondre. rencontres projet reforme